La course à pied Les blogs courseapied.net : ledisciple (flux rss)

Le forum courseapied.net

Les 5 derniers sujets

Tous les messages
Tous les forums

Les blogs courseapied.net

Les 10 derniers billets

2008-01-27 11:39:02 : Renaissance dans la souffrance - 1 photo - 17 réactions

Bonjour à tous,
cela fait pas mal de temps que je ne suis pas venu sur le forum pour cause de blessure et surtout à cause d'un gros coup au moral.
Petit récapitulatif, il y a deux ans j'ai eu une TFL au genou gauche, je n'ai pas pu courir pendant 6mois, j'ai repris progressivement et j'ai fait tous mes entrainements avec les vincennus. J'ai ainsi pu faire mes premiers 10km puis est venu le temps du semi de Paris en mars de l'année dernière. Il s'est très bien passé dans son ensemble, j'ai même fini plutot pas trop mal classé pour une première participation.

A partir de là j'ai sérieusement levé le pied en CAP, principalement pour avoir le temps de préparer correctement mes concours et le BAC. J'ai eu tout ce que j'avais présenté et un BAC à quelques dixièmes de la mention très bien. Tout allait bien pour moi, dès que je voulais quelque chose, je le travaillais à fond et je l'avais.

Puis j'ai voulu reprendre la CAP et là tout s'est cassé la gueule. J'ai trop poussé pour ma première sortie, je me suis explosé le genou droit. Bilan TFL à droite aussi. J'ai essayé de reprendre chaque mois à partir de septembre en diminuant à chaque fois les distances. Au mois de novembre j'en étais à 2km et pourtant après je boitais pendant une semaine. Mes 2 TFL me faisant un mal de chien. Je me suis posé plein de questions, j'ai un peu coulé, grosse période de spleen où j'ai été bien irritable, mes résultats de partiels s'en sont ressentis...
Pendant les dernières vacances je suis allé voir mon médecin du sport et surtout mon podologue, il ya 3 jour il m'a fait une nouvelle paire de semelles avec une majorité de nouveaux matériaux, il y en a plus de 7 par semelles. C'est drole ça me donne quelque chose de multicolore. Je suis l'un des premiers à tester ça, grosso modo j'ai cru comprendre que si cela ne marchait pas, il ne pouvait plus rien pour moi.
Donc grosse pression ce matin quand j'ai décidé d'aller tester tout ça.
Je me lève, il fait plutot froid, je regarde mon ancienne garde-robe, je ne sais pas quoi mettre. Un collant ? non surement pas, 8mois sans sport et mes jambes ne ressemblent plus à rien, j'ai l'impression d'avoir des bâtons, ya plus aucun muscle, j'ai honte... Donc ce sera un vieux jogging dégueulasse. Par contre pour le haut je remets mon T-shirt technique. Délicieuse sensation de retrouver cette matière légère sur ma peau. Je descends ensuite au local vélo, j'en prends un et 5min après je me casse la gueule dans la rue car j'ai déraillé. Impossible de remettre la chaine. Je le pose contre un mur et je décide d'aller courir directement, au lieu d'aller au lac daumesnil, ce sera la coulée verte.
Je commence à courir doucement, je n'ai plus vraiment l'habitude, les chaussures raclent souvent le sol, la foulée est maladroite, lourde... Malgré tout j'avance. Au bout d'un kilomètre j'ai le souffle court, un point de côté, tout un tas de coureurs sveltes, élégants me double. Ils ont la classe. et dire qu'il ya un an j'étais un vrai bambi (dixit Brinouille), c'était moi qui doublait les autres.
J'ai fait ma petite boucle : 2km314 exactement. J'avais à la fin les oreilles qui bourdonnaient, le coeur qui battait à fond, j'étais en sueur, trempé. Et pourtant j'ai du courir à 9km/h... mais j'ai vaincu mes genoux !

La reprise rend très humble, c'est dur, j'étais dans un état dans lequel je sortais quand je faisais mes séries de résistance sur piste.

Je suis conscient que j'ai un chemin énorme à parcourir avant de pouvoir de nouveau courir pour le plaisir mais je sais que cette fois je suis déjà sur ce chemin et pas à côté.

merci de m'avoir lu :-)

2007-03-11 17:19:37 : Semi par une belle matinée de mars... - 1 photo - 20 réactions

JE fais un copié-collé de ce que j'ai mis dans le post CR. CE n'est pas pour avoir plus de com' mais comme il s'agissait de ma première compet' sur cette distance je voudrai avoir une trace écrite plutard et je la trouverai bien plusfacilement si elle sur mon blog que sur un post de ce forum :-)




C'était mon premier semi. En fait cette année il m'est arrivé et il va arriver plein de trucs. Première course en compet, premier 10km, premier semi, le BAC, premiers concours pour des écoles de commerce...

Je ne savais pas trop sur quoi tabler car ces 3 dernières semaines mon kilométrage total a été inférieur à 40km... Donc je ne savais même pas si je terminerai la course !
Je décide finalement de partir sur des bases de 1h40 voire un peu moins si ça se passe bien vers le 15ème.

Vers 8h30 je prends le métro à nation. JE passe devant les stands de ravito, je m'arrête, je regarde un long moment. Puis je lance un timide bonjour à un bénévole. JE lui raconte rapidement que c'est mon premier semi, que j'ai pu admirer l'importance de leur travail lors du marathon de paris 2006 quand j'étais spectateur, et je termine par un "merci de faire tout ça pour nous, vous n'êtiez en rien obligé d'être présent ici à 7h30". Le gars me répond qu'il fait ça parce qu'il aime et que ça lui semble tout à fait normal puis il me lance un "bon courage". JE file m'engouffrer dans le métro bondé.
On se retrouve avec Brinouille, Jean-Luc, Pierrot, Fabrice M. Le départ se passe plutot bien. Il fait un temps magnifique e j'ai un moral d'enfer.
On arrive au cours de Vincennes, le rythme est bon. Premier ravito, je prends une bouteille et un sucre et on poursuit tranquillement. Passage au 5ème en 23'15. ça colle on est dans les temps. On passe la place de la Bastille, j'ai toujours une pêche de malade. Brinouille par contre est un peu haute dans ses pulsations. Je crois qu'on se sépare d'elle ainsi que Fabrice vers le 8ème.
On contourne ensuite l'hotel de ville, petit passage sur les quais. Là ya un super groupe de percussions. J'ai eu des frissons en passant devant, ça m'a dopé pendant 2km après !
Puis retour vers bastille, je manque de percuter une mamie qui traversait avec son cabas (ok elle était sur un passage clouté, le feu était rouge sauf que c'était semi-marathon !!). Le ravito est assez bordélique à cet endroit, on est hyper serrés, ça se bouscule pas mal mais j'arrive quand même à prendre mon ptit sucre et ma bouteille.
Passage au 10ème en un peu plus de 46'30 de je crois.
Remontée de l'avenue daumesnil. Je croque mon sucre par petit bout, j'arrive pas à le manger, j'en ai partout sur la main. DOnc je jette le bout minuscule qui reste. J'arrive pas non plus à boire, mais je me dis que ça se passera mieux quand on ne montera plus et je la conserve avec moi. Sauf qu'à partir de là on enchaine les cotes, les descentes, les cotes... Pff ça casse un peu.
Je laisse passer Pierrot et J-L devant pour qu'ils me tirent.
On arrive au 15ème, dernier ravito. J'ai un peu mal au ventre mais ça va, je suis trop bien sinon, bien mieux que lors d'un 10km, je me sens pret à soulever une montagne et en plus on est sur les bases de 1h38 là. Donc tout roule.
Je suis à 10m de Pierrot et J-L toujours. Arrive un peu après le 17ème. Et là c'est la grosse catastrophe pour moi.
J'ai rien vu venir. En l'espace d'une seconde je sens une grosse barre juste sous le cœur, au niveau du sternum, ce n'est pas un point de côté, mon coeur part en vrille, j'ai les temps qui explosent. Je me retrouve plié en deux 50m après. Et même si je ne fais que marcher ça fait de plus en plus mal.
Le moral s'envole tout de suite : j'ai eu exactement le même problème ya 1 mois lors d'un entrainement en allure semi. Ce jour là j'avais dû m'assoir sur un banc 10min et j'avais jamais réussi à recourir derrière. J'essaie de me calmer, j'ai trop mal c'est horrible, je marche un peu, je bois bien puis j'essaie de trottiner.
Le chrono me ramène durement à la réalité 6'11 pour le kilo... Et j'arrive toujours pas à reprendre mon allure ! Finalement ça passe un peu, j'accélère et je rattrape Sabrina, assez surprise de me retrouver.
On fait 2kilos ensemble mais je me retourne et je vois les ballons bleus à 20m. JE veux pas du tout me faire doubler par eux, c'est pas possible (comme le dira Brinouille après, "et bah... t'avais de l'orgueil avec les ballons, à cause ton ego tu voulais surtout pas te faire distancer ;-) ). Je le dis à Sabrina, on accélère un peu mais ses puls vont exploser. Alors je fais mon accélération tout seul pour revenir à 4'35 au kilo.
Dernier rond point avant la dernière longue ligne droite. Il me coupe les jambes, c'est bien trop serré et comme un con j'ai pris la corde, ça comprime beaucoup, les coureurs ralent un peu. J'entends le meneur d'allure dire à tout le monde "lachez-vous on est dans le temps, moins de 1h40, ceux qui le sentent, foncez on est arrivé".
Je jette un coup d'œil au chrono, les espoirs se dissipent pour moi : j'ai franchis la ligne de départ 1' avant eux...
Donc je donne tout ce que j'ai, c'est à dire plus rien ! lol
Sourire aux photographes et je passe la ligne dans un état très limite (j'ai beaucoup pensé à la phrase de Baltha : dans les courses, les derniers 400m en 1'20, toujours... trop dur pour moi ça!)

Bilan 1h41'20, j'ai hyper mal au ventre là, je titube pas mal, je me sesns pas bien du tout, j'arrive pas à prendre des fruits, ni de l'eau...

Je file au vestiaire, récupère mon sac. J'ai 10sms en attente de ma copine, qui semble avoir couru la course en même temps que moi dans sa tête car même si elle ne savait pas du tout ce qui m'arrivait elle a tout deviné, j'ai l'impression qu'elle me raconte ma course (sf le petit accident du 17ème).

Je l'appelle, elle est trop contente que je ne sois pas blessé... lol je l'avais un peu fait flipper avec ça, vu l'état très moyen de mon genou droit. Puis je file à la maison.

Mon père allume le PC, regarde le classement et m'appelle. Je suis trop content, je suis 13ème sur 120 dans les juniors et 4425ème au classement général.
Sauf que là je suis un peu con, je regarde quelle aurait été ma place si j'avais fini en 1h38 comme prévu, et bah ça aurait été 6ème sur 120... DOnc objectif clairement défini pour les 20km de Paris, comme je serai encore junior faut faire péter le chrono !


Je garde un super souvenir de cette course car j'ai eté au top de ma forme pendant toute la course à part mon pépin, j'ai eu l'impression de faire une sortie dominicale, on a pas mal papoté avec JL et Pierrot. Bref super souvenir à renouveller au mois d'octobre :-)

Bonne fin de WE à tous

Quentin

2007-02-07 16:41:16 : Quand une classe s'ébroue sous la neige - 0 photo - 12 réactions

Bonjour à tous,

le dernier billet commençait à dater un peu et c'était pas très réjouissant ! Il est temps de démarrer une nouvelle page.

Ce matin réveil au milieu des flocons, je prends mes affaires et zou c'est parti pour une 2 heures interminables de maths...
La cloche sonne enfin, c'est l'heure de la délivrance, la classe se dirige vers le stade Paul Valery pour la première séance de 3*500m en EPS.
J'aimais pas cette séance l'année dernière, trop physique, toujours l'impression de mourir à la sortie du dernier virage et en plus j'étais pas très bon, je me situais dans la masse... J'espère que ça se passera mieux cette fois. Donc on monte aux vestiaires, je me change, j'enfile mon collant, je mets le T-shirt des Foulées de Vincennes, me runnings et je sors.
J'essuie une pluie de commentaires sur ma tenue, ça se moque gentiment, on a pas l'habitude de voir un élève en collant et effectivement autour de moi c'est jogging avec convers aux pieds...
C'est pas bien grave on verra si ça rend plus performant sur piste, en attendant tout le monde me pose des questions sur combien de fois je cours par semaine, mes projets... Bref pour la 2ème fois je passe pour un Alien en expliquant que je prépare le semi-marathon de Paris !
Rapide exposé du prof pour la description du déroulement de l'épreuve et c'est parti sur la piste. Je sais pas si c'est du à ma tenue mais je me vois confié la responsabilité de l'échauffement collectif. Donc c'est parti pour 3 tours de terrain, ça grogne, ça veut pas courir sous la neige... Tant pis, j'accélère un peu et je fais mes montées de genoux, talons fesse, pas chassés de mon coté.
On commence le cours proprement dit par 2*250 en allure 500m. Je suis plutot bien. Puis 3ème 250m en sprint, ça part assez vite, je me retrouve 5ème, ya trop de monde dans le virage pour doubler donc j'attends les derniers 60m et je lache le turbo. Avec une facilité déconcertante je mets 10m au second, je suis assez surpris de moi, c'était pas du tout ça l'année dernière.
Par contre je le regrette assez vite, je suis assez cuit et 1' après c'est reparti pour une 4ème série où je reste bien sagement en arrière.

En fait il y a des groupes de niveau et je me retrouve dans celui des têtes brulées où tout le monde veut me prouver qu'il est meilleur, avec mon entrainement régulier je suis attendu au tournant.
On termine la séance par un 500m en condition d'évaluation pour les 10meilleurs. Le reste (60pers) attend sagement près de la ligne d'arrivée.
Je suis complètement cuit, je retrouve exactement les mêmes sensations que l'année dernière, je déteste vraiment cette épreuve mais pas le temps de se lamenter, le départ est donné. Comme d'habitude je me retrouve au milieu d'un groupe vachement compact, j'arrive pas à bouger du tout. Il y a en permanence des coups d'accélération suivis 50m après par un bon frein, c'est assez crevant à suivre, on se tamponne un peu. Au bout de 400m je suis mort j'en peux plus, accélération générale, 4 courageux s'échappent, le reste est dans le même état que moi. Et je me dis qui finalement j'ai rien à perdre donc j'augmente la cadence mais les autres sont déjà 10m devant et je sens que je vais exploser en vol. Et bah non ! Une impression de voler, je remonte, je réduis la foulée, j'accélère la cadence pour ensuite augmenter de nouveau la foulée (lol j'arrive pas à augmenter la cadence avec une foulée longue...) et je passe devant.

Bilan 1'20 pile poil.

Je suis vachement content, l'année dernière je tournais ça en 1'39 dans les meilleurs jours et j'en pouvais plus alors qu'aujourd'hui la séance m'a semblé assez facile. Je pensais pas que l'entrainement apporterait autant. De plus on a la chance d'être filmé et dans les vestiaires on a repassé les cassettes de l'année dernière en comparant avec cette course. C'est hallucinant de voir que ma foulée a totalement changé, ça fait "plus professionnel" comme disent les autres. Et en sortant certains me disent "super belle ta foulée, tu fais comment ?" Comme s'il y avait une réponse à cette question... Il suffit juste de faire un entrainement régulier et d'observer les autres coureurs. On a tous une "bonne foulée", maintenant comparez avec des kenyans, je passerai pour un minable après tant ces hommes ressemblent à des oiseaux quand ils courent. Bref petit plaisir personnel ce matin que je tenais à partager, je me suis enfin réconcilié avec l'épreuve de 3*500 !

Quentin

2006-11-07 18:06:50 : Quand courir rime avec pleurer... - 1 photo - 27 réactions

On est sur un forum de CAP et pourtant ce qui suit n'en parle pas vraiment. On pourrait se croire sur un blog de skyblog Martin raconte ses problème de coeur avec Martine et pourtant...
Je vous préviens ça va être assez long car il faut que "je me vide" et c'est pas gai donc ne vous forcez pas à tout lire...

Tout commence hier matin, la grande joie de retrouver ceux qu'on aime, de parler des vacances des uns et des autres. Puis très vite tout bascule, LA fameuse nouvelle. Sans m'en rendre vraiment compte, j'attendais ardemment de la revoir depuis cette coupure brève de 10jours. Mais elle attendait désormais de revoir celui qui en l'espace d'une semaine a ravi la place qui était mienne... je ne réagis pas ou presque, allant même jusqu'à manger à sa table. En fait je ne calcule pas ce qui s'est passé.
Les heures passent, je retourne chez moi, seul. Malgré une douleur au mollet je décide de rejoindre le club des moustiques au stade Paul Valéry. Tout le monde se parle dans les vestiaires, l'ambiance est chaleureuse mais je suis en retrait. Les moustiques prennent leur envol vers le bois de Vincennes. Je reste en retrait, encore... Au bout de 10 min je fais demi-tour et m'enfonce dans la nuit noire. J'ai besoin d'être seul. Des larmes chaudes ne tardent pas à perler sur ma joue glacée et une question revient de façon lancinante, Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?... Je murmure des "je t'aime" à chaque foulée, 1326 paroles s'envolent, légères, vers le ciel, vers sa fenêtre mais retombent lourdement... brisées par le mur de silence qui m'entoure...
Arrivée au stade. je me positionne sur la piste. En théorie 10*400m, 1'15 de récup.
Premier temps : 1'33
j'accélère pour la suite, 1'30, 1'28, 1'27, 1'23.
Déjà la moitié de la série. Je commence à sérieusement morfler mais j'en ai rien à foutre, la récup tombe à 1'. 1'22, 1'20, 1'15. Plus que deux séries. J'ai hyper mal, une envie très forte de vomir. J'ai jamais approché dans ma vie des temps comme ça mais je sens plus mes jambes. Je pleurs toujours, enfin je sanglote comme un misérable et je me fais du mal. Il faut dire que je me suis fixé un défi con lors de la 2ème répétition, si chaque temps est inférieur au précédent elle reviendra.
Avant dernière série, 1'10... Je suis au bord de l'implosion, j'arrive presque plus à souffler, je hape l'air désespérément. Ultime répétition... 1'13... Adieu jeune demoiselle, merci d'avoir égayé ma vie un instant...
Après un très long temps de récup je rentre chez moi en courant, enfin en essayant, je n'arrive pas à poser le pied droit au sol. Je lache toutefois un dernier murmure à son attention "je t'aime" mais la réponse est bien connue "je t'aime... bien."

Tout est dit.

Voilà on aurait dit un jeune ado qui raconte sa petite histoire de coeur pitoyable. Mais après tout je ne suis qu'en classe de Terminale... et accessoirement en phase terminale côté amour.

Je me suis décidé à poster ce billet quand j'ai vu celui de Delphine, ça a fait Tilt dans ma tête, je voulais parler de ça à quelqu'un, en l'occurrence vous. Aujourd'hui je ne peux toujours pas marcher, j'ai mis 30' pour arriver à me lever ce matin et j'ai été malade toute la journée. Par contre cette sortie m'a paradoxalement fait du bien, je vais un peu mieux, j'ai réussi à extérioriser ma haine, mon dépit, ma tristesse. La CAP sert aussi à ce genre de chose.

Quentin


2006-11-04 11:53:18 : Oulala ça fait mal au ventre.... - 3 photos - 7 réactions

2006-10-20 22:39:23 : Sortie by night au milieu des moustiques - 0 photo - 11 réactions

2006-09-15 18:48:02 : cap des 3 séances semaine passé ! - 0 photo - 16 réactions

2006-08-30 18:47:33 : Record battu, le combat recommence - 0 photo - 11 réactions

2006-07-04 17:12:06 : le ciel nous tombe sur la tête ! - 0 photo - 3 réactions

2006-07-03 16:37:35 : un drôle de rêve : le passage du col - 1 photo - 6 réactions

2006-07-02 09:40:26 : Sortie du dimanche avec les vincennus - 6 photos - 11 réactions

2006-07-01 14:05:57 : La reprise - 0 photo - 8 réactions

Voir tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net